Presentation

                  

 

 

Dans les pays du sud, les maladies vectorielles restent les principales causes de morbidité et de mortalité. Dans le contexte actuel de changement global, le maintien, l’émergence ou la ré-émergence de ces pathologies sont observés alors que les moyens de lutte aussi bien contre le vecteur que contre le pathogène, restent insuffisants.

Bobo-Dioulasso est de longue date, un haut lieu des grandes endémies. L’Institut de Recherche en Sciences de la Santé (IRSS) s’intéresse aux maladies transmissibles comme le paludisme, et le Centre International de Recherche Développement sur l’Elevage en zone Subhumide (CIRDES) cible la santé vétérinaire et en particulier les trypanosomoses qui concernent aussi bien l’homme (Trypanosomiase Humaine Africaine, THA) que les animaux (Trypanosomose Animale Africaine, TAA) dans une approche One health. Des recherches sur d’autres maladies à vecteurs sont également conduites dans ces deux structures (dengue, leishmaniose, filariose lymphatique, maladies transmises par les tiques). La formation à la recherche est mise en œuvre par l’Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso (UPB) dont les étudiants sont accueillis aussi bien à l’IRSS qu’au CIRDES.

 

Le LAMIVECT a été créé en mai 2011 en vue de fédérer ces acteurs de la recherche et de la formation présents à Bobo-Dioulasso aux côtés de deux unités de recherche de l’IRD, l’UMR INTERTRYP et l’UMR MIVEGEC qui sont accueillies respectivement au CIRDES et à l’IRSS, afin de constituer une masse critique visible à l’international sur les maladies à vecteurs.